Regarder le glacier s’en aller
Éphémère Éternité

06.07 – 11.08.2024
Expositions

Regarder le glacier s’en aller, vaste exposition d’art ouverte à tous les publics, se déploie en plein air et en intérieur dans toutes les régions de Suisse, de Lausanne aux Grisons et du Valais à Zurich.

Elle convoque des artistes du passé et du présent de toutes disciplines. Elle met en réseau et fédère de très nombreuses institutions partenaires réunies autour d’un thème fortement actuel, celui de la fonte des glaciers.

Réserver ce billet

L’exposition décentralisée Regarder le glacier s’en aller adopte le point de vue des artistes sur la disparition des glaciers. Elle fédère de nombreux partenaires et les invite à s’interroger sur les processus en cours en s’aidant du regard des créatrices et des créateurs qui, à travers les âges et de diverses manières, ont exprimé le lien complexe de l’humain à son milieu. La fin inéluctable des glaciers pourrait annoncer un recommencement : réapprendre à écouter et à sentir le monde, tenter d’y occuper, en tant qu’humains, une place plus sensible, plus humble, plus juste et apaisée. 

La fonte des glaciers en Suisse, résultat du réchauffement climatique mondial, engendre diverses conséquences sur l’environnement, l’économie et les communautés locales. Outre les risques accrus d’avalanches et autres catastrophes naturelles, la diminution des glaciers réduit les réserves d’eau douce, affectant l’approvisionnement en eau, l’agriculture et la production d’énergie hydroélectrique. Le tourisme alpin suisse est également impacté, avec la disparition progressive des glaciers menaçant les revenus des régions montagneuses. 

Le gouvernement suisse s’est fixé le but d’atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050 et de développer la recherche scientifique pour mieux comprendre la fonte des glaciers et élaborer des stratégies d’adaptation. Cependant, malgré ces efforts, la fonte des glaciers reste un défi majeur nécessitant une action mondiale pour limiter le réchauffement climatique et atténuer ses impacts. 

Éphémère Éternité

Les artistes contemporains utilisent leur travail pour sensibiliser le public à cette crise environnementale, comme en témoignent les œuvres que le mudac a choisi de présenter dans le cadre de cette exposition.

Par exemple, Tarabeiza (2017) de Sandrine Pelletier représente des montagnes de glace fragiles, tandis que Tension Paysage (2021) d’Anaïs Dunn évoque la transformation des glaciers en icebergs. Enfin, How I sought proximity in solitude (2020-2022) de Patrik Graf utilise du pergélisol dégelé pour symboliser les changements environnementaux actuels ou futurs. 

En combinant les différentes formes de création avec la problématique de la fonte des glaciers, ces artistes incitent à la réflexion et à l’action en faveur de la préservation de notre environnement. L’exposition Ephémère Eternité s’inscrit ainsi pleinement dans la confiance du mudac en la capacité des designers à engendrer de nouvelles façons de questionner et d’être au monde. 

À Photo Elysée

Photo Elysée participe au projet Regarder le glacier s’en aller et présente huit photographies issues de sa collection – en format XXL – durant la Nuit des images qui se déroulera le 22 juin.

En savoir plus

Au MCBA

Du 29 juin au 29 septembre, le Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne participe également à Regarder le glacier s’en aller. Le MCBA participe à ce projet en installant dans le parcours permanent de La collection une œuvre de l’artiste Katie Paterson (*1981), Langjökull, Snæfellsjökull, Solheimajökull (2007), qui dialoguera avec Le glacier du Rosenlaui (1841), une peinture romantique du Genevois François Diday (1802- 1877).

En savoir plus