Vue de l'exposition Landscale

Landscale
Carte blanche à Adrien Rovero

04.07 – 28.10.2012

Expositions

Le jeune designer lausannois Adrien Rovero investit le rez-de-chaussée du mudac avec Landscale: une exposition à la scénographie conçue pour les espaces du musée entre paysage (landscape), jeu d’échelle (scale) et territoire (land).

Designer industriel actif notamment dans les domaines du mobilier, du luminaire et de la scénographie, Adrien Rovero ouvre son studio en 2006. Il allie dès lors un travail expérimental fréquemment présenté – et acquis – par les institutions (Centre Pompidou, le Grand-Hornu, mudac) et les commandes de grandes maisons comme Hermès, Kreo, Pfister ou la Manufacture de Sèvres, alternant séries limitées et production d’objets à plus grande échelle.
En quelques années, Adrien Rovero a su attirer l’attention de la scène internationale par son design d’objet ingénieux et sobre, fréquemment teinté d’humour, et son travail scénographique efficace et subtil. S’inspirant du tuning comme des textures des bonbons, son travail passe par l’assemblage, le détournement et le décalage des formes, des matériaux, des références et des usages. Il se distingue par son vaste registre formel, ses jeux de matériaux (Particules, tabouret en particules de bois compressées) et d’échelle (Cabane perchée, maison d’oiseaux à taille humaine), et de passage de la 2e à la 3e dimension, ainsi que par un solide ancrage dans les besoins du quotidien: l’écologie avec les lampes Saving Grace, conçues pour des ampoules à économie d’énergie ou la multifonctionnalité avec Flip, un sofa se transformant en table.
Landscale propose au spectateur une immersion dans l’univers du designer par une scénographie qui oblitère ses repères habituels. Coupé de l’environnement muséal familier par un système de lamelless translucides, il découvre des modules conçus comme autant d’îles autonomes dans l’espace d’exposition. Jouant de leur échelle réelle qui ne se révèle pas au premier abord, les objets présentés sont aussi bien des prototypes et des maquettes à taille réduite ou augmentée que les objets effectivement produits. Ils distillent ainsi le trouble dans la perception du spectateur, oscillant entre géant et lilliputien.
Ce dispositif reflète le processus de travail de Rovero où le bouleversement des échelles constitue l’une de ses manières de penser et de créer.

Deux projets d’Adrien Rovero seront présentés en avant-première: la collection Opercule, éditée par les Cristalleries de Saint-Louis, et la télécabine Rock, dans le cadre du projet Mountain Climbers.

L’exposition fait l’objet d’un catalogue bilingue (fr/en) de 160 pages, édité par le mudac et Infolio,

Contenu pour les médiateurs
TODO